Hôpital Privé
Jean Mermoz

Rechercher Mon espace personnel Ramsay Services

Cancer de la peau

J’ai un cancer de la peau qui n’est pas un mélanome


Dans les cancers de la peau, on entend surtout parler du mélanome. Mais, il en existe d’autres : les carcinomes cutanés sont d’ailleurs les plus fréquents des cancers de l’adulte. On distingue deux groupes différents : les carcinomes basocellulaires et les carcinomes épidermoïdes appelés aussi spinocellulaires. Ils peuvent être guéris dans la très grande majorité des cas.

Cancer de la peau

Des cancers de la peau très fréquents

Les carcinomes basocellulaires et épidermoïdes, beaucoup moins graves que le nettement plus rare mélanome , représentent 90 % des cancers cutanés et leur nombre a fortement augmenté ces dernières années : environ 40 000 à 50 000 nouveaux cas chaque année pour les carcinomes basocellulaires qui ne font jamais de métastases, quatre fois moins pour les épidermoïdes.
Ils apparaissent généralement après 50 ans.

Quels sont les facteurs de risque des cancers de la peau?

La principale cause connue des cancers cutanés est l’exposition solaire excessive ; les irradiations solaires intermittentes importantes lors de l’enfance et de l’adolescence font le lit des carcinomes basocellulaires qui vont apparaître à partir de la cinquantaine.
Les conséquences de cette exposition peuvent être aggravées par le profil génétique de l’individu : les personnes à peau claire, qui sont facilement sujettes aux coups de soleil, sont plus à risque que les individus à peau mate qui bronzent facilement sans brûler.

Peut-on prévenir ces carcinomes ?

Dès le plus jeune âge et la vie durant, la meilleure prévention contre les cancers cutanés consiste en une protection efficace contre les rayonnements solaires, c’est-à-dire éviter les expositions au soleil entre 12 et 16 h, appliquer des crèmes antisolaires et protéger le visage avec une casquette ou un chapeau. Le bronzage en cabine UV est déconseillé.

Comment se manifestent les cancers de la peau ?

Il faut penser à un carcinome devant toute lésion de la peau qui ne cicatrise pas et, surtout, si elle s’étend ou s’ulcère ou saigne légèrement. Plus la détection est précoce, plus le traitement est simple. 
L’aspect typique des carcinomes basocellulaires est celui d’une lésion avec l’aspect d’une petite perle en relief de couleur rouge ou rosée ou d’une tache rouge ou blanche avec une bordure surélevée. Ils surviennent généralement dans des zones découvertes du corps (tête, cou, épaules, avant-bras…).
Les carcinomes épidermoïdes se présentent sous la forme d’une croûte qui bourgeonne et peut saigner. 

Comment traite-t-on les carcinomes?

Pour la majorité des carcinomes, la chirurgie suffit pour traiter la tumeur. Pour les lésions de petite taille, en pratique jusqu’à 5 mm, le traitement se fait en un seul temps, la biopsie étant en même temps l’acte chirurgical d’exérèse. 
Pour les lésions plus importantes ou situées dans des zones délicates, un prélèvement (biopsie) initial de petite taille est d’abord réalisé qui précisera la nature de la tumeur, l’intervention chirurgicale étant alors faite dans un deuxième temps. 
Une zone de tissu sain, entre 3 à 10 mm, autour de la lésion, est toujours enlevée, par sécurité.
Une surveillance régulière sera nécessaire : si l’on a déjà eu un carcinome cutané, un risque accru existe d’en développer un autre.